Un arbre peut cacher une forêt : l’arbre de Mundolingua

P_20200807_161657-2

 

 

Si vous êtes déjà allés à Mundolingua, vous avez sûrement déjà remarqué l’arbre qui s’élève devant le musée. Vous vous êtes peut-être demandé ce qu’il faisait là… En effet, quel rapport entre un arbre et les langues ?

La généalogie des langues

Chaque langue est unique, mais elles appartiennent toutes à des familles. Par exemple le français et l’italien appartiennent à la famille des langues latines qui appartient elle-même au groupe des langues indo-européennes. Les langues que nous connaissons aujourd’hui sont nées d’une langue d’origine commune qui, au fil du temps, s’est scindée en plusieurs groupes. Ces origines communes lient les langues les unes aux autres, tout comme sont liés les branches et les feuilles d’un arbre au tronc.

L’arbre de notre entrée cache au sous-sol du musée plusieurs arbres qui représentent les différentes familles de langues, des langues afro-asiatiques aux langues austronésiennes, en passant par les langues sino-tibétaines. C’est notre petite forêt des langues ! Les arbres généalogiques ne sont donc pas seulement utiles pour retrouver nos origines familiales (grands-parents, etc.), ils nous aident aussi à comprendre les racines des langues.

Des intrus ?

Pourtant certaines langues demeurent à part, comme le basque par exemple. Dans notre forêt, il représente une petite feuille à l’écart des autres arbres car ses origines n’ont pas encore pu être attestées. Nous savons seulement que c’est une langue très ancienne.

On appelle ces langues dont l’affiliation demeure encore inconnue des isolats. Il en existe au moins quatre-vingts, parmi lesquels le coréen et surtout des langues peu connues telles que l’ongota (Ethiopie). Cela ne veut pas dire que ces langues resteront des isolats pour toujours ! Qui sait, peut-être qu’un jour nous trouverons d’où elles viennent ? Les recherches sur l’ADN ancien pourraient nous y aider, ainsi que le montrent des études comme celle menée par l’Université de Gent pour mieux comprendre l’histoire des premières populations d’Afrique centrale et orientale.

En attendant, venez admirer nos arbres et en apprendre plus sur vos origines linguistiques !

1-0-DSC_0170